Apprendre à voler au Planeur club des coquelicots

La formation de base

Même si le nom peut avoir un côté péjoratif elle est très importante.

Les premières leçons vous décrivent les différents axes du planeur (lacet, tangage, roulis) et les commandes qui vous permettent de faire tourner le planeur autour de celles-ci pour en arriver à votre premier « vrai virage ». Ce sont des automatismes de pilotage que vous n’oublierez jamais.

Le maître mot reste l’humilité pendant cette phase (et pendant les autres d’ailleurs).

L’apprentissage ce fait étape par étape et au rythme de chaque stagiaire, d’abord un peu de prise de commande pendant le vol après le largage, puis une partie du remorquage, puis une partie de l’atterrissage puis un peu de tout.

Ce n’est d’ailleurs que si vous maîtrisez totalement le pilotage de base que votre instructeur décidera de vous « lâcher » pour votre premier vol solo (voir notre autre publication sur le sujet) qui survient soit lors de la première saison soit plus tard, toujours en accord avec votre progression et avec l’assurance de votre sécurité.

Le simulateur de vol

Un outil formidable ! Il permet un entraînement régulier, même lorsque les conditions météo ne sont pas favorables. Il reproduit parfaitement les sensations et permet d’acquérir des réflexes qui seront fort utiles en l’air.

Et après ?

Et après c’est loin d’être fini !

La nouvelle formule européenne du brevet de pilote de planeur vous oblige à préparer la qualification campagne et l’emport passager. La première qualification vous autorise à effectuer des vols qui vous éloignent largement du terrain avec un parcours, déterminé ou non, avec l’éventualité de vous poser dans un champ (appelé aussi « la vache ») La deuxième, l’emport passager, vous permettra, en qualité de commandant de bord d’emmener des proches pour leur faire découvrir le vol en planeur.

Il y a aussi une progression en performance en parallèle de la progression en compétence. Cette partie est régie par les différents badges décrits ci-dessous.

Durant toute cette progression vous aurez aussi le plaisir de vous voir autorisé à changer de machine, pour passer d’abord du biplace école au monoplace de debut puis au perfectionnement puis aux machines de compétitions.

Les possibilités d’évolutions sont très larges surtout si vous exploitez toutes les pratiques possibles allant du vol en campagne pour aller au vol en montagne puis la compétition.

Toutes les pratiques sont possibles!

Le pilote « loisir » qui souhaite voler pour le plaisir, l’aspect contemplatif et la pratique en convivialité et en sécurité.

Le pilote de « performance », avide de compétition et de confrontation aux autres pilotes.

Le lâcher

Le premier vol « solo » est une étape mémorable dans la vie d’un pilote. Toujours sous la responsabilité de votre instructeur qui cette fois restera au sol la radio à la main, vous effectuerez votre premier vol en autonomie, sans vous éloigner du terrain. Les vols s’enchaîneront ainsi pour que vous puissiez assimiler les automatismes et les bons réflexes.

Au bout de combien de temps est-on laché ?

Il n’y pas de règle mais d’après nos instructeurs, plus on commence jeune plus vite on peut être lâché car on apprend plus vite (désolé pour les seniors !!!)

Le brevet :

Après une période en tant que stagiaire lâché vous reprendrez les vols avec un instructeur pour préparer l’épreuve du brevet tout en bossant la théorie (le célèbre « livre bleu »). L’épreuve du brevet ce déroule en deux parties, d’abord la théorie, qui est l’équivalent du code de la route. Cette épreuve est passée sur un serveur en ligne avec un niveau minimum de bonnes réponses à atteindre. Vient ensuite une épreuve en vol avec un instructeur/examinateur pour vérifier vos compétences de pilotes (attendez-vous à quelques petits pièges gentils ou mise en situation visant à tester vos limites !!!).

Les badges sanctionnent un niveau de performance.

La gamme de badges actuellement gérés par la FFVV est la suivante :

– Badge d’Argent :

– durée de 5 h

– distance de 50 km

– gain d’altitude de 1000 m

 

– Badge d’Or :

– durée de 5 h

– distance de 300 km

– gain d’altitude de 3000 m

 

– Badge d’Or avec Diamants :

– distance de 500 km

– circuit de 300 km

– gain d’altitude de 5000 m

LIEN VERS LA PAGE FFVV : http://ffvv.org/sportif-edito/le-haut-niveau/les-records

Contact et tarifs :

Share This